Larvaires Métamorphes

Galerie

_____ masques larvaires métamorphes

+ quelques masques larvaires métamorphes présentés en vidéos plus bas sur la page 🙂


Vidéos

____

Voir les masques en mouvement:






Les masques Métamorphes

_____

Il sont le résultat d’une fructueuse collaboration avec Sydney Bernard, comédien et pédagogue de théâtre en Bretagne (France). Il développe sa recherche sur le masque Larvaire dont Jacques Lecoq a ouvert la voie, pour s’orienter vers un univers qui s’oriente vers la science fiction. Ces 12 masques ont été créés pour lui, selon sa demande et les besoins de sa recherche.

Les masques Métamorphes sont dans le domaine de l’irréel, l’abstrait et l’abstraction. Imaginez ces masques comme s’il étaient des tableaux en mouvement ou des êtres métaphysiques suprasensibles. Ils peuvent incarner des machines, des objets, des formes géométriques, ou juste un portrait. L’idée est moins de créer des personnages que de raconter des histoires corporelles chargées d’émotions. Evidemment non verbaux, ils pourraient très bien s’hybrider avec la musique. Ils permettent au corps de l’acteur d’être comme l’écran d’une histoire que l’on ressent sans la voir. 

Je peux évidemment, si vous le souhaitez, reproduire tous les modèles présentés dans la galerie ci-dessus. Merci de me contacter concernant le prix, car ils n’ont pas tous le même format, ni le même procédé de fabrication. Alors à vos masques, prêts?… Il reste encore beaucoup à découvrir!


Sydney Bernard tenant un masque larvaire créé par Pierre Filliez dans ses mains

Sydney Bernard:

_____

S. Bernard: – Le masque métamorphe est un masque pédagogique avant tout. Son approche et sa maitrise est une richesse de travail pour les artistes. Il est un masque universel qui parle tous les langages. Pour l’appréhender l’acteur doit quitter ses acquis, sortir des schémas usés, puis doit entrer dans les zones lumineuses de l’inconnu et de l’étranger.

Pour travailler avec un masque larvaire non figuratif comme le larvaire métamorphe, l’acteur doit avoir une approche analytique de « l’être » à incarner pour en trouver le langage corporel. L’acteur écrit en structures physiques et rythmiques à partir de son observation.

Dans mon travail l’acteur incarne des objets, des cyborgs, des esprits, des ondes ; il s’éloigne de l’image anthropomorphique classique, c’est une ouverture à des « possibles » en rupture avec un jeu conventionnel et stéréotypé.

A l’heure où les formes de la représentation sont en mutation, le masque larvaire est une voie de recherche, d’invention et de création originale qui peut nourrir toutes les formes artistiques. Entre baroque et cubisme, abstrait et futuriste, naturel et fantastique, le masque métamorphe offre une palette de travail ouverte à tous les métissages.

Lien vers la page FB de sa compagnie Imaginaire Theatre